La megachurch (méga-église) en pleine expansion   Mise à jour récente !


Extrait de l’ouvrage : « Des Tabernacles aux Temples. Où est la maison de Dieu ? » Hugues N., 08/02/19, p.72-73

L’émergence de la megachurch (méga-église)

Définition de la megachurch

Une megachurch (méga-église) se définit comme une congrégation protestante (souvent évangélique) réunissant au moins 2 000 personnes chaque semaine. A sa tête se trouve un ministre charismatique (Définition La Croix).

Elle prodigue une large gamme de services non seulement religieux, mais aussi extra-cultuels dans une perspective chrétienne. Exemple : écoles, salles de sport, centres informatiques ou cabinets juridiques.

Définition de la gigachurch

Au-delà de 10 000 personnes, il s’agit d’une gigachurch. Les définitions ne visent pas les églises catholiques ou orthodoxes, même si leurs messes dominicales peuvent rassembler des effectifs nombreux.

Une église catholique se différencie de la megachurch sur deux points. « La multi-activité est bien plus réduite, et moins systématique que dans une megachurch ; et la dimension autocéphale n’existe pas, l’institution catholique surplombant nécessairement la communauté locale des fidèles. »

[Lire Sébastien Fath, Dieu XXL : La révolution des megachurches, Éditions Autrement Frontières, Paris, 2008]

L’expansion de la megachurch dans le monde

Le développement de la megachurch à grande échelle daterait des années 1950 aux États-Unis, mais son origine remonterait au XVIIIe siècle. Ne se limitant pas aux villes américaines, la révolution des méga-églises se propage dans les autres continents, « de Kinshasa à Rio de Janeiro, de Dallas à Kiev, de Paris à Séoul, de Singapour à Auckland ».

Le site web Leadership Network propose un répertoire mondial des méga-églises. Quant à l’Hartford Institute, il liste uniquement les grandes églises du Canada et des USA. Les listes sont non-exhaustives en raison de l’éclosion d’églises accédant rapidement au statut de megachurch.

La gigachurch située au Nigéria est au 1er rang sur le continent africain avec 65 000 fidèles. À Séoul en Corée du Sud, la plus grande congrégation réunie 480 000 personnes. La plus grande assemblée américaine comptabilise environ 43 500 âmes.

L’organisation pyramidale de la megachurch

À la tête de la megachurch se trouve un pasteur à fort pouvoir charismatique. Le dynamisme de l’église est fortement lié au dynamisme du dirigeant, « pasteur-vedette » parfois surnommé « mentor », « père spirituel », « daddy » ou « papa », selon la relation qu’il entretient avec ses ouailles.

En général, la megachurch se structure de manière pyramidale avec au sommet l’église principale (église-mère) contrôlant une ou plusieurs églises affiliées (ou églises filles, locales). Il n’est pas rare que les ministres du culte identifient l’église principale par le terme « siège », et les églises affiliées par « campus » dans cette structure hiérarchisée.

L’église principale et les églises affiliées portent souvent la même appellation, à titre d’exemple : Église La main de Dieu-Paris (siège), Église La main de Dieu-Rouen (église affiliée). L’intérieur (décoration, logos, agencement de la salle de culte…) de l’église principale et celui de l’église affiliée sont sensiblement proches ou identiques (cf. notre article sur l’église Impact Centre Chrétien).

Tout ceci permet au fidèle de se sentir dans « son église » peu importe s’il se trouve à l’église principale ou à l’église affiliée. L’église devient ainsi un produit de consommation standard qui véhicule une image uniformisée.

Téléchargement gratuit : http://manus-dei.fr/du-tabernacle-aux-temples-ou-est-la-maison-de-dieu/

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Veuillez répondre à la question ci-dessous : * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.